AILEFROIDE JUILLET 2016

Notre dernière course : Rocbaron et Bessillon à la Roche Faurio
par NATHAN B.D.

L’après-midi et la soirée au Refuge des Écrins (3170 m.)

Après une bonne marche sous la pluie, la grêle et la neige au milieu des panthères beuses (Jean) qui flirtent avec des lions qui ont sniffé de la magnésie, nous arrivons au refuge des Écrins. Une fois installés, nous dégustons des Chamallows et des M&M’s, une gentille attention de Thomas, tout en jouant au Mikado et au président.Vient ensuite le dîner durant lequel nous mangeons copieusement (il faut bien se lester pour attaquer les sommets !). S’en suit une partie de Scrabble endiablée avec une grille bourrée de fautes d’orthographe : « no rules, no codes, no glory, just feeling » (Nograd). Nous allons enfin nous coucher (tard, vers 21h30). Dans les dortoirs, les ronflements infernaux du groupe d’anglais et le glouglou incessant des canalisations nous souhaitent la bienvenue.

La Roche (3730 m.)

Le lendemain matin, nous nous levons à 03h45 pétantes (#grasse matinée). Nous partons à la lueur des frontales vers 04h50. Après une courte marche sur le glacier et une montée au lever d’un soleil timide, nous attaquons la Roche proprement dite (aérien, mais surtout froid !). Nous arrivons au sommet vers 08h00, mais sans le traditionnel sauciflard du Sherpa. Le temps est brumeux et la Barre est dans les nuages. Le temps d’une petite séance photo et nous sommes repartis. Nous descendons tout droit dans la pente, les crampons à 10h10. Le dernier couloir de neige est raclé sur le cul. Nous sautons les crevasses.  

Le Col (3376 m.)

Ensuite, nous nous scindons en deux : Christophe, Olivier et Thomas tracent directement au refuge du glacier Blanc et retrouve Lucas , tandis qu’Éric, Gaston, J.B. et moi montons au col Faurio (en 33 minutes, s’il vous plaît). Merci à Gaston et Thomas (qui s’est un peu gelé en haut !) avec qui j’étais encordé et tous les autres pour cette jolie course très sympa.

NATHAN B.D.

Les commentaires sont fermés.